Publié dans Billets

Y’a quelqu’un qui m’a dit

Mais qui est ce qui m’a dit que toujours tu m’aimais?
Je ne me souviens plus c’était tard dans la nuit,
J’entends encore la voix, mais je ne vois plus les traits
« Il vous aime, c’est secret, lui dites pas que j’vous l’ai dit »
Tu vois quelqu’un m’a dit… Que… tu m’aimais encore…

Tu te souviens certainement de cette chanson de Carla Bruni, dans tous ses états car « quelqu’un lui a dit » qu’un ancien amour l’aimait encore. Cette personne lui précisant bien de ne pas révéler sa source puisque c’est « secret »… Visiblement, ce mot, gage supposé de confiance et de non-partage, n’effraya personne dans cette histoire puisque cet individu l’a rapporté à Carla qui à son tour enfreint la demande de garder l’info pour elle, en partageant avec cet amoureux transi, et nous, accessoirement. Ici, comme partout, on se fout pas mal de savoir qui a dit ça et a osé bafouer le sceau du secret. Ce qui compte c’est la bombe lâchée poussant visiblement Carla à demander à son ancien amoureux si cette rumeur est fondée. Car il s’agit bien d’une rumeur, d’un ragot, potin, bruit de couloir, commérage, « on-dit », cancan.

Peu importe comme on les nomme, voici une poignée de synonymes de ce qui constitue le petit bois pour alimenter le feu ardent du gossip entretenu par des personnes pas toujours bien intentionnées. Celles qui prennent un malin plaisir à se rapporter les dernières pépites qui circulent pour ensuite les colporter. C’est à celui/celle qui aura l’info la plus croustillante sur untel.

the gossip saffiche rockwell

Puisqu’on en parle, ça me rappelle la série Gossip Girl qui illustre parfaitement le topic puisqu’il s’agit d’une brochette de gosses de riches newyorkais accrocs au blog sulfureux d’une anonyme révélant les secrets des uns et des autres. Rumeurs alimentées par les protagonistes eux-mêmes puisque chaque élève balance de temps à autre une bombe. « XO XOOOOO Gossip geuuuurl. » Euarrgh, ce générique so bitchy…

Pourquoi certains apprécient tant le commérage tout en sachant que le plus souvent cela nuira à l’être concerné ? Qui sont ces commères ? Quel est leur but ? Quelles sont les conséquences de ces ragots ?

Un reportage signé Malou pour Faismoirire Productions. Blague à part, faut qu’on en parle. On connaît tous ce phénomène pour en avoir été témoin, victime ou même le colporteur. (T’en fais pas, on est pas là pour te juger, juste pour te comprendre…Nan je déconne, tu vas prendre cher enfant de Satan).

Ce système apparaît aussi bien au sein d’un petit groupe que de toute un population. On retrouve les commérages de manière officielle dans la presse people, dite « à scandale ». Voilà qui annonce bien la couleur… Paris-Match, Public, Voici, Closer pour ne citer que ces magazines en France. Bien entendu chaque pays dispose de ses propres journaux et sujets à gros titres. Les anglo-saxons en sont les plus friands, notamment les anglais.

tabloid francais

Les sujets traités concernent le plus souvent les vedettes du petit écran allant jusqu’aux stars de cinéma en passant par les personnalités politiques. A peu près toute personne avec plus ou moins de notoriété dont le fait divers croustillera sous la dent du lecteur, trouvera sa place dans ce type de presse.

gayet scandale hollande peopleTromperie, violence, grossesse, séparation, prise ou perte de poids, disparition, naissance, nouvelle relation, homosexualité, prostitution, perversion, etc. Les scandales sexuels ont la part belle. Ce sont ceux-là qui attirent le plus le lectorat. Plus c’est gros, trash, plus ça plaît.

On peut mépriser cette presse mais les conséquences sont parfois dramatiques: carrières brisées, suicides, vies anéanties, harcèlement, etc. Les dangers sont réels, les rumeurs sont des armes.

Sans passer par les journaux, on croisera facilement deux habitantes d’une petite ville passant en revue les derniers scandales du voisinage: les écarts de la femme volage d’untel, la prise de poids de madame Machin depuis que son mari l’a quittée pour sa stagiaire, le fils du maire qui file un mauvais coton, l’évasion fiscale du dentiste, la disparition étrange d’une des filles de madame Bidule, le feu dans le grenier du boulanger, etc. Tous les sujets crunchy sont abordés, du plus léger au plus dramatique, rien n’est laissé de côté. Les rédactrices en chefs ne font d’impasse que sur les titres valorisants, ce n’est pas intéressant. La commère veut du salace, du pathétique, de quoi bitcher avec d’autres cancaneuses au salon de coiffure, dans la salle d’attente, à la pause dej’, en attendant le bus.

fiches potins ragots

J’ai conscience que je caricature beaucoup et que réduire cet exercice à la seule indiscrétion des femmes n’est pas juste et encore moins valorisant. Primo, car toutes ne s’adonnent pas à ce passe-temps; secundo, car bon nombre d’hommes pratiquent tout autant, notamment dans l’élaboration comme les paparazzi qui sont majoritairement de sexe masculin. Mais il faut bien reconnaître que les filles semblent être les principales adeptes, selon un sondage  de euh… l’institut TMTC.

Certains « chercheurs » et sociologues estiment que le commérage est une activité saine qui aurait de nombreux bienfaits. En effet, une dose intéressante d’ocytocine semble se libérer dans le cerveau après une séance de piapiapia, sensée aider les individus à mieux connecter entre eux, ce qui favoriserait l’élaboration de règles en société. Les bavardages permettraient en outre d’établir une cohésion de groupe, de transgresser la bienséance, la morale tout en se soulageant d’un poids causé par l’autorité et les non-dits. Pour certains c’est probablement le cas. Pour d’autres, les raisons sont bien plus sombres.

potins entre collègues

Les trois types de personnes concernées par les ragots

Le commérage est une véritable industrie. De celui qui produit à celui qui consomme en passant par celui qui distribue ou transporte. Ce qui diffère ce système d’un autre c’est que chaque intervenant peut camper un ou plusieurs rôles en alternant ou bien cumulant en fonction de ses préférences. Et oui, produire du ragot, le distribuer ou le colporter ne nécessite que peu d’aptitudes si ce n’est de l’imagination ou bien un esprit fouineur et malveillant. Il existe deux sortes de commères: les actives et les passives.

  • Les commères actives fabriquent et/ou transmettent.
  • Les commères passives consomment sans  pour autant continuer la chaîne. Elles n’alimentent pas le feu mais dansent allègrement tout autour.
  • Et enfin, les cibles, celles qui sont le sujet du potin.

Ah oui, j’oubliais. Le potin n’est pas nécessairement une vérité. Parfois le fond est réel mais la forme l’extrapole souvent de manière à le rendre encore plus grandiose.  Quelques fois, il est fabriqué de toutes pièces. C’est ce qui arrive lorsque l’ambition du fabriquant de commérage est de nuire à la réputation d’un individu.

Pour y voir plus clair sur ce point, poursuivons l’étude en passant par la Grèce antique. Clin d’œil à ce bon vieux Socrate qui comme à son habitude s’illustra par sa sagesse grâce à un test très simple, celui des trois passoires. Cette méthode a fait grand bruit et je ne doute pas du fait que beaucoup la connaissent déjà mais je me dois de la mentionner pour ceux qui n’en auraient pas entendu parler.socrate trois passoires
Ainsi, Socrate proposa un jour à l’un de ses disciples venant lui faire part d’une… rumeur, de lui faire passer ce test des trois passoires. Avant même que celui-ci puisse vider son sac, le philosophe lui posa ces trois questions:

  1. Es-tu sûr que c’est la vérité ?
  2. Est-ce que cela peut nuire à la personne dont il s’agit ?
  3. Est-ce utile ?

Bien entendu, lorsqu’il s’agit de ragots, la réponse à ces trois interrogations est souvent (toujours) non. Ainsi, Socrate rétorqua à son disciple que si l’objet de son récit n’est pas fondé, n’est pas une info positive sur ce tiers et n’est pas non plus utile, il valait mieux qu’il tienne sa langue.

Ahhh si seulement les commères d’aujourd’hui pouvaient s’auto-passer ce test avant de déverser leur bile sur autrui. Car ne nous méprenons pas avec les soi-disant bienfaits vus plus haut: cracher sur le compte de quelqu’un n’a, la majeure partie du temps, pour simple dessein que de soulager leur balance interne. Voyez plutôt:

balance

A gauche de la balance, le plateau contenant le poids de la jalousie, haine, envie, méchanceté, regrets, constat de sa vie pourrie, médiocrité, tellement lourd qu’il touche le sol. A droite, tout en haut, le plateau contenant le bien-être, l’empathie, la joie de vivre, le respect. La commère prend tout ce qu’elle peut du plateau de gauche pour le transférer sur celui de droite et rétablir l’équilibre. Ahhh ça va mieux hein ma cancaneuse ? T’as bien vomi ? C’est bon tu peux reprendre le cours de ta vie nulle ? Paaaarfait. Les commères adoooorent partager avec les autres amies commères les détails peu victorieux ou valorisants de connaissances, membres de la famille, collègues, etc. pour mieux détourner l’attention de leur propre personne qu’elles pensent ainsi élever au rang de modèle. Comme c’est amusant de constater ces bans entiers de poissons-moutons buvant les paroles de ces Commères en chef se faisant mousser en noircissant le tableau de cibles faciles parce qu’elles ont autre chose à faire que de s’abaisser à se défendre des « tu sais ce qu’elle a fait elle, ouais j’te jure, hanlala ». Je ne généralise pas attention, j’ai bien sûr des tonnes d’exemples en tête de gens que je connais personnellement mais je sais également que pour d’autres, il ne s’agit pas de cette motivation et d’un réel passe-temps à partir du moment où ils ne lancent pas la rumeur mais ne font que de se transmettre la patate chaude. Evidemment ce n’est pas un crime, enfin, rarement. Chacun est libre de s’amuser à sa guise. Après tout, nous sommes nos choix.

Et toi, quelle commère es-tu ? N’hésite pas à donner ton avis en commentaire ! XO XOOO

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s