Publié dans Billets

Le casse-tête de Noël

Aaaaah, Noël. L’ultime fête de famille où se mêlent rires gras de papys et tontons alcoolisés ; maniaqueries de grands-mères s’efforçant de plier les papiers cadeaux épars et ramener les plats vides en cuisine ; sueurs froides des petites mains guettant l’état du plat dans le four, un tic-tac à la place du cœur ; fierté des tenanciers de maison servant leurs plus belles bouteilles au détour des bars et caves à vin fraîchement introduites ; coquetterie des femmes présentant leur plus scintillante tenue d’apparat ; folie canine frétillant d’un convive à l’autre en quête de caresses et amuse-bouche ; averse de compliments sur le raffiné de la décoration et sur la qualité du menu ; hypocrite désapprobation consternée face à l’ampleur des paquets sous le sapin ; distribution de remerciements et affectueuses embrassades ; brouhaha de mises à jour sur la vie actuelle de chacun ; désaccords, débats et vérifications instantanées sur Wikipédia ; démonstrations d’utilisation d’un smartphone et de ses applications, dispensées par la jeune génération à celle des têtes grises ; ballet d’aller-retour aux toilettes/salle de bain ; compte à rebours activé en vue d’une crise de foie causée par une surdose de Jeff de Bruges et autres truffes, ganaches, et bûches en tous genres ; playlist redondante de chants de Noël en fond sonore et ambiance coupure de courant, obtenue par un nombre anormalement élevé de bougies ; explosion des taux de cholestérol et de triglycérides, que l’on a cessé de compter dès l’apéritif  ; rallonges et chaises déployées, passages réduits ; rappel à l’ordre constants des maîtres et parents à leurs animaux et enfants ; jeux, anecdotes, annonces, farces, miettes, bolduc, cartes, chèques, sourires, notices, ciseaux, quizzs, champagne, vœux, vaisselle, tintements, rince-doigts, coquilles, nappe tachée, etc.

famille-noel.jpg

J’écris cet article post évènement dans la mesure où sa fraîche démonstration m’a encore intriguée autant qu’amusée. Le stress qu’il occasionne n’étant plus d’actualité (attendons le jour de l’an pour cela) nous pouvons à présent en rire et s’en moquer allègrement. Alors oui, Noël c’est avant tout une réunion de famille, un prétexte pour se retrouver, partager un bon moment autour d’un festin et s’offrir des cadeaux pour signifier notre affection. Oui. Mais si l’on creuse un peu, si l’on lit entre les lignes… Noël c’est avant tout une énooooorme prise de tête. Et voici pour quelles raisons:

Les cadeaux

noel idyllique

A qui en offrir et pour quel budget ? Quand les acheter et où ? Quand les ouvrir ? Parce que les revenus sont inégaux dans les familles, c’est parfois frustrant et générateur de honte de ne pouvoir gâter les gens que l’on aime autant qu’on le souhaiterait, sachant qu’en retour les individus aisés auront plus de largesse. Alors il faut faire des choix: il existe une hiérarchie budgétaire implicite qui consiste à dépenser plus en fonction de la relation de parenté ou de proximité affective. Les parents/enfants/conjoint(e) seront alors davantage favorisés que les cousin(e)s/neveux/nièces/oncles/tantes. Quid des absents ? Il est toujours pénible d’en effectuer l’achat tant les magasins sont bondés en cette période de frénésie commerciale. La feinte consistant alors à se tourner vers les sites de vente en ligne malgré le risque que les présents n’arrivent pas à temps, à bon port, en bon état ou non conformes. Enfin se pose la question de quand les ouvrir. Il y aura toujours la team 24 à minuit ou 25 au matin. Inutile de se tourner vers la religion pour déterminer qui voit juste car tout le monde sait bien que Jésus n’est pas vraiment né à la date officielle et qu’il n’a lui, ouvert aucun paquet, du moins certainement pas le dernier jeu Playstation. Si l’on voulait vraiment faire écho à cette fameuse nuit, il n’y aurait ni sapin, ni guirlandes, ni festin, ni père Noël et un peu plus de sable, de rois mages et d’animaux.

Le menu

7786394677_repas-de-noel-illustration

Entre les vegans/végétariens/allergiques, comment établir un menu qui contentera tout le monde ? Hum. C’est à ceux qui reçoivent que revient cette lourde tâche. Souvent les familles se font une sorte de pré-Noël en petit comité suivie par la grande réception le  lendemain midi. Même si le plus souvent on retrouvera huîtres, saumon fumé, œufs de lump, foie gras, chapon farci, marrons chauds, fromages et bûche, il n’est pas rare de déguster homard, noix de saint-jacques, queues de langoustes, escargots et magret de canard. Alors que servir à ceux qui ne mangent ni fruits de mer, ni viandes, ni produits laitiers, ou bien encore ceux qui y sont allergiques en plus du gluten et autres ennemis discrets ? Compliqué. Et coûteux. Oui, recevoir représente un sérieux budget! Alors marquons une petite pause dans la lecture de cet article en hommage à tous ces hôtes dévoués pour qui la fin d’année rime avec une fonte des comptes aussi rapide que celle de la calotte glaciaire.

Le lieu de réception

noel ultra bright.jpg

Dans les publicités et comédies américaines, cela paraît simple: le couple de quarantenaires unis, parents d’une adorable marmaille, reçoit les grands-parents maternels et paternels autour d’un dinde géante; les paquets sont bien faits et tout le monde a les dents blanches. S’ajoutent les frères/soeurs célibataires et les oncles et tantes discrets. Dans la vraie vie, c’est le bordel. Tout d’abord, pour les gens en couple qui ne reçoivent pas mais sont invités, car les parents réclament leur enfant respectif. Chez qui aller ? Chez les uns ce Noël et chez les autres le suivant ? Ou bien, chez les uns le 24, chez les autres le 25 ? Ou encore, chacun dans sa famille et on se retrouve ensuite ? Pire encore lorsque les familles sont nombreuses ou recomposées. Les possibilités passent de 2 à 4 lieus. Sans compter que les frères et sœurs peuvent aussi se retrouver dans ces mêmes dilemmes, alors se verra t-on?? Sans parler de ceux qui vivent à des milliers de kilomètres. Là encore, tout est question d’organisation mais bon sang que c’est complexe!

Le sapin

sapin et chat

Un vrai ou bien un faux ? Le vrai n’est pas très écolo, perd ses épines, représente un réel cauchemar pour tous ceux qui ont des animaux de compagnie. Le faux n’est pas épargné mais garde ses épines! Il sent peut-être moins bon la forêt mais il est réutilisable et donc économique pour un rendu tout à fait bluffant à condition de prendre une bonne qualité. Le casse-tête ici est moindre étant donné qu’il n’y a que deux choix possibles. MAIS on corse la chose ensuite avec le choix des décorations, des couleurs, de la quantité, de l’étoile. Combien de guirlandes, où le poser, quand le décorer, quand y déposer les cadeaux, etc.

La date

date noel

A nouveau, il y a les deux écoles. Team 24 au soir ou team 25 au matin + déjeuner en famille. On ne peut pas vraiment s’en remettre à la tradition car, ok, l’église a établi la naissance du Christ dans la nuit du 24 décembre à minuit ; en réalité, on n’en sait rien. Il a fallu choisir une date et celle-ci statuait à cette époque la symbolisation de la renaissance du soleil (autrement appelée Sol Invictus par les romains qui la célébraient) ou solstice d’hiver. Ainsi, célébrer Noël un 24 au soir ou un 25 au matin demeure une affaire de famille. Les chrétiens pencheront volontiers pour l’après messe de minuit. Cela étant dit, Noël n’est plus vraiment une célébration religieuse dans la mesure où quantité de païens  se la sont (ré)appropriée. Il s’agit de nos jours d’une fête familiale de fin d’année marquée par une orgie de calories et cadeaux. Les plus grincheux la qualifieront de commerciale. Bah vas-y, monsieur mesquin, viens les mains vides y a pas de problème. Ah bah non par contre, pas touche au repas… Ah bah non du coup, pas touche à tes cadeaux.

Le Père Noël

enfants-croire-pere-noel

Comme nous venons de le voir, Noël n’est plus spécialement un symbole du christianisme lorsqu’il ne s’accompagne pas de la représentation d’une crèche. Celle-ci sera alors troquée par un vieux monsieur barbu en habit rouge, supposé faire une tournée de cadeaux à bord de son traîneau, tiré par des rennes volants en provenance du Pôle Nord, où son atelier de lutins a travaillé d’arrache-pied pour confectionner les présents commandés par les enfants sages du monde entier. Attends… What ? Comment passe t-on d’un petit jésus né dans le désert et la pauvreté à qui trois rois mages guidés par l’étoile du berger offrent de l’encens, or et myrrhe, à un gros papy des neiges, exploitant des gnomes pour obéir à une bande de gosses privilégiés qui s’empiffreront de papillotes en guettant le vieil home supposé passer par la cheminée… Franchement, pas eu le cœur de chercher l’exact moment où c’est parti en cacahuète. Certains parlent d’un Saint-Nicolas, d’autres d’un produit marketing Coca-Cola. Quoi qu’il en soit, on est loin de Dieu dans tout ça et ce n’est pas l’objet de ce dernier point casse-tête. Non. Ici, je voulais aborder si ce n’est dénoncer ce phénomène qui consiste à baratiner éhontément nos mioches concernant ce pur mythe. « Oui mais c’est pour les faire rêver, voir la magie dans leurs yeux. » Ils lisent Harry Potter, savent que c’est une fiction et rêvent tout autant. Pourquoi perpétuer ce cruel mensonge originel, car excusez-moi, mais les parents prennent-ils conscience qu’avant l’aveu de ce gros mytho qui a perduré des années, ils étaient pris au sérieux ? Leur parole n’était jamais mise en doute. En revanche, suite à l’annonce fatidique de la supercherie, vos mouflets n’auront plus entière confiance en ce que vous pourrez dire. N’est-ce pas déjà fantastique de savoir que si tu as été sage, papa et maman vont t’offrir le cadeau parfait ? De plus, le mérite revient cette fois-ci vraiment aux parents et non au père Noël imaginaire. Donc…. Se pourrait-il que les enfants mesurent simplement leur chance  dès le plus jeune  âge? Ils ont déjà le calendrier de l’Avent pour les faire trépigner… Nul besoin de croire qu’un gros monsieur va venir déposer des paquets, surtout lorsque tu n’as pas de cheminée et que tes copains t’annoncent la fourberie avant tes parents… Déception ultime.

fake pere noel

Bref, Noël est passé, place au Réveillon! En attendant le casse-tête du 24 décembre 2019, je vous souhaite à tous une excellente fin d’année et surtout d’innombrables fous rires. Car rire, c’est vivre !

 

 

Publicités

2 commentaires sur « Le casse-tête de Noël »

  1. Ah Noël, ce moment de magie et de réunion de famille si beau… En façade
    Car oui, Noël est vecteur de stress et dépression chez plein de monde (il me semble que la période des fêtes est une des pires niveau suicides, entre le stress, la solitude, le manque de soleil etc…)
    Et nous avons la quintessence des réunions de famille avec tous les clichés possibles, les petites phrases et dictons incontournables etc…

    Perso j’adore les fêtes et j’ai pas trop de soucis avec les points précités ; mais globalement c’est long et lourd pour tellement de gens…. Mais au final c’est parfois le seul moment où une famille se réunit, et c’est un magnifique moment de partage… Donc vive Noël, et pensée pour ceux qui ont les boules.

    J'aime

    1. Merci pour ton commentaire mon cher Kévin ! Oui en effet, je n’ai pas souhaité aborder ces points tristes car tout de même, mon blog s’appelle « Fais-moi rire ! » Mais tu as tout à fait raison. Bonne année à toi !

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s