Je suis quelqu’un d’asocial par choix

Quand tu expliques que tu es solitaire, tu peux facilement déceler dans le regard d’autrui une sorte de mépris ou de pitié.

« La pauvre, elle n’a pas d’amis en fait… »

Ah merde ça doit être ça. Zut alors! Où est la falaise la plus proche afin que je puisse jeter mon esprit et ma carcasse vide de sens dans le néant ?

moquerie

Seconde hypothèse: je n’ai pas tant que ça envie ni besoin d’avoir des amis. Plus précisément je me contente d’un entourage très réduit. Et puis, qu’est-ce qu’un ami de nos jours… Si vous pensez être entouré parce que votre compte Facebook est populaire, vous verrez combien répondront présents un soir d’hiver quand vous tomberez en panne sur l’autoroute.

Quand tu esquives toutes les invitations, les gens te cataloguent rapidement de personne asociale. Dans leurs bouches c’est péjoratif mais finalement… C’est vrai: je suis asociale, et je le vis très bien. Ce que je vis moins bien c’est le fait que les autres conçoivent presque cela comme une maladie ou tout du moins, un problème. Comme si préférer être seul n’était pas sain ou normal. La fameuse normalité… Je pense donc qu’il est utile de faire un petit point là-dessus.

Avant toute chose, ne pas confondre « être solitaire » et « être seul ». Là où le premier est un choix, le second sonne davantage comme le constat d’un désert social non recherché. Dans ce cas, un travail sur soi est en effet à faire si cet état est mal vécu par l’intéressé.

Être solitaire tout court en revanche, relève d’un besoin de l’être, d’une envie constante plus que ponctuelle. Il s’agit le plus souvent d’un trait de caractère. Ce choix est comme je le disais généralement mal perçu par l’entourage. Les codes societaux imposent que pour un épanouissement personnel et une vie équilibrée, il est important d’être entouré, de sortir, rencontrer, échanger, blablabla. Oui, pour certains. Pour d’autres, s’isoler favorise davantage le bien être que l’inverse.

Je suis asociale parce que:

  1. Je préfère rester chez moi le soir plutôt que d’aller boire des verres avec des potes.
  2. Je n’ai pas envie de rencontrer de nouvelles personnes. J’ai déjà assez de gens autour de moi.
  3. Je n’aime pas faire semblant de m’intéresser à des sujets ou des individus juste pour être polie.
  4. Je suis plutôt franche et j’aurais du mal à feindre des sourires à des connaissances que je ne porte pas dans mon coeur.
  5. Je n’aime pas les commérages et encore moins les faux culs qui te sortent des horreurs sur quelqu’un et derrière l’accueillent d’un « Ca va ma chérie?? »
  6. Je ne fais pas confiance aux personnes que je rencontre et discuter de banalités ne me stimule pas. Il parait qu’un nouveau Burger King va ouvrir ? Je n’en ai rien à carrer.arthur
  7. J’aime mieux les conversations profondes, malheureusement les gens finissent toujours par se servir des confidences pour les retourner contre toi tôt ou tard…
  8. Je ne suis pas fan de débats. J’ai mon avis et celui des autres bah… c’est le leur.
  9. Je préfère regarder une série emmitouflée sous ma couette que de sortir lorsqu’il pleut ou fait froid. Perdre une heure à m’habiller, me coiffer et me maquiller, prendre les transports, dépenser trop d’argent et rentrer pour me faire des pâtes à 4h du matin, alors que je pouvais faire ça directement, gratuitement et au chaud… Franchement.simpson
  10. Je ne supporte pas que l’on me colle quand je danse. Oui j’aime danser. Non, pas avec toi.
  11. Je déteste la question « Quoi de neuf ».
  12. Je ne suis pas emballée quand on m’interroge sur ce que je fais dans la vie parce que j’ai déjà eu cette conversation 150 fois, que ça ne m’apporte rien et que la personne en face fait le plus souvent semblant de s’y intéresser.
  13. Je déteste faire du shopping avec quelqu’un, parce qu’il faut l’attendre et être disponible quand il/elle te demande « Et ca t’en penses quoi ? Ca m’irait ? » (Voir n*4).
  14. Je marche avec des écouteurs dans la rue et lorsque je croise quelqu’un que je connais, il m’arrive de volontairement détourner le regard ou prétendre à une conversation téléphonique.
  15. J’aime lire seule à une table de café.
  16. Je n’appelle que ma famille au téléphone. Je discute le plus souvent par WhatsApp ou messenger avec mes amis et cela reste bref.
  17. Je préfère faire du sport seule. Non je n’ai pas envie de courir avec untel. Non je n’ai pas envie d’aller à la salle avec untel. Non je n’ai pas envie d’assister à un cours collectif.
  18. Je n’aime pas prévoir. Je ne sais jamais une heure à l’avance ce que j’ai envie de faire. Ça se trouve ce jour là, j’aurais les cheveux sales, un bouton sur le front, mes règles ou une gastro. Donc ma réponse préférée c’est: « On verra ». Sur Facebook, ça équivaut à « Peut-être » lorsque je reçois une invitation à un événement.
  19. Je propose parfois des trucs dans l’euphorie d’une soirée mais je ne relance jamais ensuite.
  20. Je suis stressée lorsque mon anniversaire approche parce que je sais que je vais recevoir des appels téléphoniques et que je serai plus ou moins obligée de parler un long moment et ce, plusieurs fois dans la journée.
  21. Je n’ai pas de téléphone fixe parce que je n’aime pas qu’on m’appelle quand je n’ai pas envie de discuter. Avec mon portable, je sais qui m’appelle et si j’ai ou non envie de décrocher.
  22. Je ne réponds pas quand on sonne à la porte sauf si j’attends une pizza, une visite ou un colis.
  23. Je ne connais pas mes voisins et je n’ai pas envie de les connaître.
  24. Je suis agacée lorsque des inconnus essayent d’engager la conversation avec moi dans une file d’attente ou le train.
  25. Je n’aime pas les questions intrusives des commerçants. « Vous vivez ici? Nan? Ah vous visitez votre maman? Elle habite où? » Mais, sérieusement ?

Vu comme ça, on dirait que je déteste les gens. Bon, je ne vais pas mentir, j’aime peu de personnes. Mais celles que j’apprécie, je les apprécie vraiment. Il faut voir le bon côté des choses:

  • Si je viens spontanément vous parler, prendre des nouvelles, c’est que je vous aime bien.
  • Si je fais l’effort de vous voir, c’est que vraiment je vous aime beaucoup.
  • Si je propose une rencontre, je vous aime vraiment fort.
  • Si je vous dis quelque chose, c’est que je le pense.
  • Si je ne dis rien, vous ne voulez pas savoir ce que je pense…

Est-ce qu’être asocial signifie ne voir ni ne parler à personne ? Refuser systématiquement  toute invitation ?

Non. Cela signifie faire les choses avec envie lorsqu’on le souhaite avec qui l’on veut et non par engagement, pour ne pas froisser ou pour faire comme tout le monde, ne pas se sentir exclus d’une bande, d’un réseau, d’un milieu.

Je fais entre guillemet l’effort avec la famille mais je n’aime pas quand cela s’apparente à une rencontre forcée. Je préfère une visite spontanée à une réception familiale parce que c’est Noël ou la galette des rois, ou l’anniv d’untel.

Est-ce le vide social autour de moi ?

solitaire

Non. J’ai mon petit noyau dur. Je vis avec mon copain. Je parle presque tous les jours à ma mère. J’appelle fréquemment mes grands-mères et mon frère (ou bien on papote à l’occasion sur WhatsApp). J’ai quelques amis proches. Beaucoup de potes. Je suis polie avec les commerçants, je fais des sourires aux caissières et serveurs qui m’encaissent et me servent, je salue de loin les gens que je connais, je réponds aux messages, bref. Je ne suis pas une ermite dans sa grotte qui s’est coupée du monde. J’apprécie les échanges, les comportements sociaux me fascinent, j’aime observer, analyser, aider, réconforter, défendre quelqu’un, l’encourager, etc. Mais, je suis juste solitaire. Je préfère le confort de chez moi aux  nombreuses sorties, je préfère une discussion courte par messages qu’une discussion interminable en réel. Je suis très sélective avec les personnes avec qui je choisis de passer du temps. Si je vous choisis, c’est qu’à mes yeux vous méritez ce temps que je vous accorde. Je vous estime, je prends plaisir à vous voir, vous parler, rire avec vous, vous écouter. Si je suis amoureuse, je n’aurai d’yeux que pour vous. Si je suis votre amie, je vous serai loyale.

Je ne peux pas parler au nom de tous ceux qui se sentent asociaux. Pour certains cela va plus loin qu’un style de vie, c’est un handicap pour eux-mêmes et pour les autres car ils peuvent s’avérer agressifs ou apeurés par des situations imposées tel qu’un travail en équipe qui les met mal à l’aise, un refus de l’autorité, la foule, la timidité, etc. Je parle au nom des asociaux delight qui aiment les gens avec parcimonie mais se sentent également très bien seul. En plus de cela, il y a des périodes. Je pense que l’humain est cyclique. Parfois on ressent l’envie de bains de foule, de discussions sans fin, d’échange, de contact. A d’autres moments, on préfère s’isoler, ne parler à personne et faire le vide. Et c’est ok. Il ne faut pas forcer les gens à faire des choses qu’ils n’ont pas envie de faire juste parce que pour vous c’est ainsi qu’il faut faire. Respectez l’individualité et les besoins de chacun.

Naît-on asocial ou le devient-on ?

Je pense que les deux sont vrais et/ou possibles. Pour ma part il s’agit de phases je dirais. Par exemple, quand j’étais célibataire, je sortais certainement plus mais pas tellement par envie de « sortir », voir du monde. J’étais plutôt en quête de ma moitié. La personne avec qui j’établirai une connexion particulière et qui me suffirait. Celle avec qui j’aurais envie de boire un verre, discuter sans cesse ou juste être bien sans parler, partir en vacances, manger en tête à tête. Etre heureux seul et célibataire c’est le level encore au dessus qui prouve qu’on a besoin de personne. Tout dépend des moments de sa vie, de ses aspirations. J’ai souvent déménagé aussi, cela m’a formatée. J’ai pris l’habitude de communiquer à distance. J’adore la correspondance.

Par ailleurs, lorsque l’on a souvent été déçue par les gens, on a tendance à se protéger davantage. Et puis je ne suis pas très « groupe ». L’âge participe probablement au phénomène aussi. Pendant ma vingtaine, j’aimais sortir très souvent, même en dehors des week-ends. En revanche, à l’école je préférais manger chez moi qu’à la cantine. Au travail, je fuyais les rencontres entre collègues en dehors du boulot. Aujourd’hui je travaille de chez moi. Je me tourne vers les activités en solo comme le vélo. J’aime être mon propre boss, prendre mes décisions, travailler quand je le souhaite… Je ne subis pas, je choisis cette vie parce que c’est ainsi que j’aime être. Cela ne m’empêche pas d’aller de temps en temps au restaurant avec des amis, d’organiser un voyage à plusieurs et d’avoir vécu en colocation. Mais la surenchère constante, la multiplication des rencontres, des activités simplement pour avoir la sensation qu’on profite du temps, des gens, tout ça est personnel et subjectif. Je comprends et respecte ceux qui aiment remplir socialement les cases de leur emploi du temps, mais j’attends en retour qu’on ne juge pas le mien et qu’on le respecte. Et comme le dit si bien l’adage: mieux vaut être seul que mal accompagné.

Pas-envie-de-le-faire-light

 

4 réflexions sur “Je suis quelqu’un d’asocial par choix

  1. Salut ! Premier passage sur ton blog et j’ai adoré cet article !
    Je me reconnais tellement par moment. Et oui, je préfère rester chez moi au lieu de sortir parce que j’ai pas envie (mais certains on du mal à le comprendre ^^’).
    Bonne continuation.

    J'aime

  2. Bonjour ,

    j’ai beaucoup aimé votre article , il n’y as pas de honte à être un loup ou une louve solitaire j’en suis persuadé.
    Le principale c’est de trouvé son bonheur son équilibre.
    Pourquoi être social dans une société ou tout est basé sur l’individualité !
    je suis associal car la société est devenu crade dans les grandes villes (Paris) ne me motive pas à me sociabilisé !
    Et cela ne m’handicape pas bien au contraire!
    Dans la vie on est obligé de rien , vous êtes dans le vrai Malou et j’aime beaucoup votre façon de gamberger 😉
    Merci pour votre article

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s